De la Vraie Liberté

​Un poème de Corneille qui m'accompagne depuis des années et qui permet de "remettre les pendules à l'heure" lorsqu'on sent se perdre dans une course effrénée, car constamment se ré-aligner avec notre divinité intérieure est essentiel.  


Ceux qui pensent ici posséder quelque chose
Le possèdent bien moins qu’ils n’en sont possédés ;
Et ceux dont l’amour-propre en leur faveur dispose
Sont autant de captifs par eux-mêmes gardés.

Les appétits des sens ne font que des esclaves ;
La curiosité comme eux a ses liens :
Et les plus grands coureurs ne courent qu’aux entraves
Que jettent sous leurs pas les charmes des faux biens.

Ils recherchent partout les douceurs passagères,
Plus que ce qui conduit jusqu’à l’éternité ;
Et souvent pour tout but ils se font des chimères,
Qui n’ont pour fondement que l’instabilité.

Hors ce qui vient de Dieu, tout passe, tout s’envole,
Tout en son vrai néant aussitôt se résout ;
Et, pour te dire tout d’une seule parole,
Quitte tout, mon enfant, et tu trouveras tout.

Pierre CORNEILLE

 

 

Jessica Sarapoff
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire 0 Commentaires