Photographie contemplative

J'avais envie de vous présenter une discipline qui prend de plus en plus de place dans ma vie: la photographie.  Ce qui m'intéresse le plus, est une forme de photographie dite contemplative, aussi appelé Miksang, ce qui veut dire "bon oeil" en tibétain.

Vous devez vous demander ce que je veux dire par cela ?... 

J'ai dirais que c'est voir notre monde avec de nouveaux yeux.

Vivre notre vie de manière contemplative, est cultiver les qualités, les habitudes nous offrant une ouverture, une attention, un lien intime et profond avec la vie - plutôt que l'agitation, la discursivité et la dépression.

Utiliser la photographie de manière contemplative permet de nous ouvrir à ce que l'univers nous offre de beauté, de simplicité, de chaos, d'émerveillement.   Notre environnement tel qu'il se présente.

Le point de départ de cette pratique: la lumière, la couleur, les formes, l'espace.

Revenir à nos perceptions à l'état pur.

reflets - eau - copyright - JessicaSarapoff

Le "moment décisif" comme l'appelait Cartier-Bresson.  C'est le moment comme il disait que la photographie nous prend.  En photographie contemplative, on appelle cela un "flash de perception".

Qu'est-ce que je veux dire par cela?

Il vous est certainement arrivé de voir une fleur, un arbre, le sourire d'un enfant, les petites pattes potelées de votre chat, une lumière qui éclaire votre maison de manière particulière... et vous arrêter?

Regarder.  Sourire. Simplement vous arrêter.

Bien c'est ça!

On pourrait dire qu'il y a eu un court moment d'un "flash de perception" qui arrête pour un court instant,  votre discussion intérieure.

En photographie contemplative, nous apprenons à ralentir notre regard.  Et vraiment faire l'expérience de la lumière, de la couleur, de la texture, etc..

L'approche photographique Miksang est en 3 temps : le "flash de perception", moment de brèche dans l'agitation de nos pensées et de nos actions, prise de conscience de l'espace dans lequel nous nous trouvons, sans jugement ni analyse ; un temps d'arrêt pour stabiliser la perception, et enfin la formation de l'équivalent avec notre appareil photo, sans ajouter ni retrancher, vouloir savoir ni s'attacher à ce que l'on voit.

Pour la photo, cela voudra entre autre dire que l'on travaille avec la lumière naturelle.  

On ne travaille pas avec des filtres, on travaille avec des vitesses réelles - avec ce que l'on perçoit.  Et enfin, les photos ne passent pas au travers de logiciels comme Photoshop ou Lightroom pour complètement transformer l'image.   Miksang s'intéresse à notre présence dans le monde et l'éveil de tous nos sens. 

                                                                                  *****************************************

Miksang lie la photographie à une pratique méditative, dans la tradition des Arts Dharmiques enseignés par le maître de méditation Chögyam Trungpa Rinpoche.  Inspirés par le Vajra Régent, les enseignements Miksang sont nés en 1984 sous la houlette de Michael Wood   et John McQuade.

L'apprentissage Miksang est composé de 3 niveaux :

  • -le premier, "Regarder et Voir", propose de simplifier, désencombrer notre regard et revenir aux éléments fondamentaux d'une image : la couleur, la surface (texture, motif), la lumière et l'espace en tant que tels ;
  • -le deuxième, "Champs de perception", réintroduit la nature environnante, le monde humain et l'atmosphère qui se dégage de notre monde ordinaire ;
  • -le troisième, "Chaos ordonné", nous fait entrer de plain-pied dans le chaos ordonné du monde phénoménal qui bouge, heurte, émerveille et submerge nos sens.

 

>